Pour Sudaman Thoppan Mohanchandralal, Chief Data Officer chez Allianz, « l'objectif est d'accroître la satisfaction des clients qui acquièrent nos produits, en utilisant à leur avantage les données à notre disposition. De plus, le but est aussi de bâtir une véritable culture data qui puisse faciliter la prise de décision en la matière ».

Pour autant, créer une culture data au sein d'une entreprise est-il une chose aisée ? « C'est un processus très complexe, précise S.T. Mohanchandralal. La culture data nécessite des années de pratique. Par ailleurs, si une entreprise a l'intention de créer une nouvelle culture data, cela signifie qu'elle peut entrer en conflit avec des pratiques qui existent parfois depuis très longtemps. Le changement d'habitudes bien établies ne se fait jamais en un seul jour. »

 

Actions concrètes
 

Il convient donc de mettre en place certaines actions bien précises : « La première question à se poser est de savoir pourquoi quiconque peut avoir intérêt à revoir son parcours client existant. Une fois la réponse obtenue, nous développons une formation interne liée au data pour tous nos employés, afin de leur expliquer de la manière la plus complète possible à quel point les données de nos clients et leur caractère privé sont fondamentaux.

Parallèlement, cela permet aussi d'avoir une idée plus précise quant à l'intérêt stratégique réel de ces données pour l'entreprise et de l'approche en termes de gestion d'actifs.

L'objectif en la matière est donc d'encourager les collaborateurs de l'entreprise à contribuer, grâce à leur propre expérience concrète, à créer des solutions pour nos clients. De cette manière, chacun comprend d'autant mieux la pertinence de ces changements quand il a l'opportunité de les mettre en pratique. »

 

Partenaire technologique
 

D'où l'importance de trouver le partenaire IT adéquat dans le cadre de l'implémentation d'un changement numérique : « Nous sommes aujourd'hui dans un rapport beaucoup plus complexe qu'autrefois, confirme S.T. Mohanchandralal. Le temps où le schéma assez simple qui prévalait était celui d'un client d'une part, et d'une entreprise s'adressant aux besoins du client d'autre part, est révolu. Désormais, de nombreux intermédiaires business tentent de s'adresser à nos clients en exploitant des moyens technologiques. C'est pourquoi nous avons choisi de joindre notre expertise métier à la connaissance technologique de notre partenaire Eura Nova : c'est ensemble que nous construisons les solutions que nous proposons à notre marché. »