Comment le catering de demain sera-t-il différent de celui d’hier ?
 

Willem De Cock : « Le secteur est en pleine phase de transition. Là où il suffisait de mettre à disposition un service peu flexible en termes de choix de plats et d’horaires, le catering d’aujourd’hui et de demain se doit d’être agile dans ces deux dimensions. Pour répondre aux habitudes de consommation des employés, les horaires seront élargis du café du matin à des repas et goûters disponibles en fin de journée. Le but est d’offrir un choix plus vaste de produits tout en permettant, par exemple, aux consommateurs de prendre à emporter pour se sustenter à domicile après le travail. Il faut voir les choses en face. Bien souvent, les entreprises sont entourées de plusieurs commerces capables de satisfaire les travailleurs avec des conforts et des aliments différents. Le catering d’entreprise de demain, c’est aussi fournir un espace plus agréable et personnalisé où la file à la caisse et le fameux plateau-repas n’existent plus ! Nous voulons nous rapprocher de l’expérience d’un restaurant, d’un coffee shop, d’un self-service, d’un coin relaxation avec distributeurs, etc. Et cela au sein d’une seule et même entreprise. »

 

Peut-on encore désigner ces endroits comme des « cantines » dans ce cas ?
 

W.D.C : « En fonction de la société, les espaces seront multipliés. Il n’est donc plus question d’une cantine mais bien d’un ensemble de solutions complémentaires. D’ailleurs, une des grandes composantes de cette révolution est l’utilisation de ces espaces pour d’autres activités. Alors qu’ils n’étaient dédiés qu’à l’alimentation, souvent uniquement sur le temps de midi, ces espaces pourront être occupés pour des réunions, des formations et des moments de quiétude durant l’entièreté de la journée. De plus, le personnel de caisse sera déchargé d’une partie de son travail et pourra donc accueillir et servir les employés plutôt que de s’occuper de l’encaissement, comme dans une cantine classique. Tout est fait pour améliorer l’expérience des clients et agir en fonction de leurs envies. »

 

Pourquoi ce revirement de la part du secteur ?
 

W.D.C : « Il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, nous faisons face à un basculement des générations. Les baby-boomers partent peu à peu à la retraite et la génération Y prend une place de plus en plus importante dans les sociétés. Ces deux générations coexistent actuellement et elles ont des habitudes alimentaires et des désirs différents qu’il faut satisfaire. Nous constatons que les baby-boomers préfèrent manger à des horaires fixes un plat complet froid ou chaud en fonction de leurs habitudes. Tandis que la génération Y est adepte du snacking et oriente ses choix en fonction de ce qu’il a envie de manger sur le moment même sans se soucier de ce qu’il a mangé le matin ou mangera le soir. Il faut contenter les deux profils ! Deuxièmement, la crise financière de 2008 a rendu les entreprises plus craintives et nous étions alors liés par des contrats de courtes durées. Cette époque est révolue et nous avons maintenant en moyenne 5 ans pour accompagner une entreprise avec souvent un budget plus important, ce qui permet de plus grandes évolutions. »

 

Avoir recourt à un service de catering externe est-il une fatalité ?
 

W.D.C : « Bien sûr que non ! Mais les plus grands décident d’outsourcer ce service pour de bonnes raisons. Par exemple, Toyota et Proximus ont décidé d’avoir recourt à nos services, car l’alimentation ce n’est pas leur core business. Il question ici d’un choix que plusieurs entreprises ont posé, à savoir se concentrer sur leurs activités premières tout en déléguant cet aspect à des professionnels du secteur. Selon moi, c’est du win-win. Nous faisons des études dans chaque entreprise pour adapter nos menus et nos espaces en fonction des profils en présence, nous nous adaptons aux nouvelles habitudes alimentaires telles que le bio, les repas faibles en calorie et la consommation des produits locaux et surtout, nous gérons de manière optimale les denrées afin qu’elles ne soient pas gaspillées. Il ne faut pas oublier également que la génération Y est composée de profils aux multiples compétences amenés à occuper plusieurs tâches différentes à la fois. En d’autres termes, des employés d’exception qu’il est nécessaire de séduire et de garder avec, notamment, des services de qualité tels que ceux que nous proposons. Accorder de l’importance à ces espaces de vie et de partage, c’est s’assurer que son entreprise continue de gravir les échelons. »