Salvatore Curaba, patron fondateur de la société EASI, a été élu meilleur employeur belge de l’année 2015 par la Vlerick Business School. Il était finaliste au titre d’Entreprise de l’année d’Ernst & Young et candidat au titre de Manager de l’année 2014 de Trends-Tendances. Sa méthode pour créer un bon climat de travail.

Comment devenir le meilleur employeur ?

« En rendant les employés heureux ! C’est tout bénéfice pour l’entreprise. Un employé heureux est efficace, loyal, innovant et ne tombe pas souvent malade. Selon une étude, seuls 11 % des employés sont vraiment heureux au travail. J’ai toujours considéré que c’était ma mission, en tant que directeur fondateur d’EASI de rendre mes collaborateurs heureux.»

De quelle manière ?

« En comblant les besoins fondamentaux. Le premier besoin est la reconnaissance. Chacun veut se sentir important, utile, être reconnu par ses collègues et par sa direction. Si l’employé fait du bon boulot, il sait qu’il va pouvoir évoluer dans la structure. Nous sommes 150 personnes et nous devons en recruter 50 en 2016. Cela va créer une nouvelle dynamique qui permettra à chacun de recevoir de nouvelles opportunités d’épanouissement. »

Quels sont autres besoins ?

Le deuxième besoin est la liberté et l’autonomie. On ne veut pas être contrôlé.

« Le deuxième besoin est la liberté et l’autonomie. On ne veut pas être contrôlé, mais recevoir de la confiance, et ensuite démontrer qu’on en est digne. Dès lors, chacun peut vraiment se développer. Je donne beaucoup de liberté et d’autonomie à mes collaborateurs, principalement à mes directeurs. Le comité de direction est composé, outre de moi-même, de 14 directeurs qui développent la société et sont actionnaires. 5 employés le sont également et plus de 20 veulent le devenir. »

Comment créer un bon climat de travail ?

« En répondant au troisième besoin, celui de la transparence. Les gens veulent connaître les bonnes, et les moins bonnes, nouvelles, les projets. Nous informons sans cesse nos collaborateurs sur ce qui se passe. Que tous soient au courant de nos projets crée une adhésion et engendre du bonheur. »

Comment assurer le bien-être au quotidien ?

Tout le monde a la chance de pouvoir évoluer, d’occuper des fonctions de management. 

« Par la notion d’égalité. Chez nous, chacun est important. Tout le monde a la chance de pouvoir évoluer, d’occuper des fonctions de management. Aucun manager n’est recruté à l’extérieur. Cela fait partie de la reconnaissance, de l’égalité, de la méritocratie. »

Pour vous qui avez été footballeur en division 1, la notion de challenge est-elle importante ? « La notion de challenge est très fédératrice. Nous faisons les choses pour être les meilleurs de Belgique, voire du monde. On joue en division 1, la tête du championnat. Une compétition positive dans un excellent esprit d’équipe.»