Katrien Mondt

Directrice générale d’Innoviris

 

« Innoviris finance les initiatives bruxelloises dans trois secteurs en particulier », explique Katrien Mondt, Directrice générale d’Innoviris.

>  L’économie digitale. Puisqu’elle facilite aussi la vie des Bruxellois.
>  L’économie verte. Et donc aussi la « smart mobility ». Objectif : faciliter la circulation dans Bruxelles, la ville du pays qui concentre le plus de déplacements en voiture, mais aussi en transports en commun.
>  La santé. L’objectif est d’améliorer les soins apportés à la population grâce à une médecine personnalisée, se basant surtout sur le « data sharing » et le « monitoring ».

 

Financer les initiatives bruxelloises et veiller à ce que chaque projet exerce un impact socio-économique positif dans la ville de Bruxelles.

 

Comment faire financer son projet ?

« Il existe deux manières pour qu’Innoviris finance un projet », reprend Katrien Mondt.

  • Faire partie d’un institut de recherches et répondre à un appel d’offres dans un secteur précis.
  • Remettre un projet de sa propre initiative, qui sera ensuite évalué par Innoviris. Si ses qualités techniques et scientifiques sont jugées suffisantes, il a une réelle chance d’être retenu.

 

Objectif innovation !

Innoviris finance les entreprises. Mais aussi :

  • les ASBL
  • les universités
  • les hautes écoles
 

Autre précision : chaque projet soutenu est suivi de près, puisqu’il sera analysé durant tout son développement. Innoviris veillera aussi à ce que chaque projet exerce un impact socio-économique positif en Région Bruxelloise.

Des ponts avec la Flandre et la Wallonie existent, bien entendu. Mais c’est Bruxelles qui reste la région la plus dynamique pour soutenir l’innovation. Bien sûr, son budget est moins élevé que celui d’autres régions. Mais c’est celui qui, proportionnellement, augmente le plus : 25 % sur les trois dernières années.