Entretien avec Pierre-Yves Jeholet, Ministre wallon de l'économie, de l'Industrie, de la Recherche, de l'Innovation, du Numérique, de l'Emploi et de la Formation.
 

« La Région wallonne recèle de nombreux dispositifs pour aider les entreprises, que ce soit en rapport avec la création ou la transmission d’entreprises, l’aide à l’innovation et à la recherche, le soutien aux investissements ou le développement de l’entreprise à l’international », explique Pierre-Yves Jeholet. Ces mesures s’ajoutent à celles du fédéral, comme la dégressivité voire l’exemption de cotisations sur les premiers emplois.

Conjuguées à une conjoncture économique positive, ces aides portent leur fruit. Cette année, 3041 entreprises ont été créées. De leur côté, les exportations wallonnes sont en forte croissance sur la première partie de l’année 2018, avec plus de 20 %.

 

Guichet unique

En dépit de ces résultats, le paradoxe wallon persiste : alors que les entreprises se portent bien et que le nombre d’emplois vacants est très élevé, le taux de chômage reste particulièrement élevé, soit le double de celui de la Flandre. « Pour tenter de pallier le problème, d’autres mesures favorisant l’entrepreneuriat entreront prochainement  en vigueur », explique le ministre. Mentionnons en particulier la hausse de l’enveloppe, en Wallonie, de la mesure fédérale destinée à l’accompagnement des étudiants-entrepreneurs.

Un guichet unique verra le jour le 10 décembre. Il aura pour vocation d’orienter les entrepreneurs et entreprises vers des structures publiques ou privées.

Autre mesure : à partir de ce 10 décembre, le guichet unique sera d’application. « Il s’agit d’une entrée unique pour tout ce qui touche aux projets entrepreneuriaux. Sa vocation : orienter de la façon la plus personnalisée possible les candidats-entrepreneurs et les entreprises vers des structures publiques ou privées telles que les chambre de commerce et syndicats pour indépendants », précise Pierre-Yves Jeholet.

À cet effet, signalons le lancement d’un nouveau site Web, simple d’utilisation. Et lorsque le candidat-entrepreneur ou l’entreprise n’y trouve pas l’information souhaitée, il peut s’adresser à l’administration soit via mail - avec une réponse garantie endéans les 48 heures - ou via un numéro d’appel unique.