La réussite d’une entreprise est le résultat d’un cocktail subtil entre différents ingrédients : la finance, la stratégie, l’organisation, la communication, le commercial et… les hommes. Or, ces derniers sont souvent les grands oubliés des opérations de cession-acquisition. Pourtant, tout le monde semble s’accorder sur le fait que ce sont les hommes et les femmes qui constituent les fondations d’une entreprise.

 

Alors pourquoi tant d’échecs ? Eléments de réponse avec Yves Szmir et Ariane Winckelmans de HumanCap.

 

Manque de préparation

 

Tout d’abord, un manque de préparation de la part des dirigeants qui ne prennent pas toujours le temps de la réflexion. Or, pour réussir une transmission, il faut prendre le temps de s’organiser, consulter ses éventuels associés, rendre son entreprise la plus attirante possible, préparer sa succession. Enfin, il faut se rendre « dispensable » pour ne pas transmettre une coquille vide.

 

Mauvaise gestion des émotions

 

Pour un dirigeant, la vente d’une entreprise s’accompagne d’un impact émotionnel fort. Toute la panoplie des émotions est au rendez-vous. Il faut apprendre à les gérer afin qu’elles ne paralysent pas le processus.

 

Absence de fidélisation des personnes-clefs

 

Une transmission génère en effet des incertitudes qui fragilisent les collaborateurs. C’est le moment ou jamais de les motiver et de constituer un « middle management » performant et autonome, qui saura reprendre les rênes, si nécessaire.

 

Communication maladroite ou inadéquate

 

Il est important d’informer toutes les parties prenantes lors du processus de transmission. Mais cette communication doit se faire au moment opportun et de manière appropriée en fonction des interlocuteurs.

 

Manque de soin apporté au choix du repreneur

 

Tous les renseignements sur le repreneur sont utiles : son style de management, sa gestion des ressources humaines, ses valeurs… Et son ADN entrepreneurial.

 

Méconnaissance des règles de coopération

 

Lorsqu’un cédant et un repreneur cohabitent, le risque est que les égos se mesurent et que les divergences s’installent. Sans parler des chocs de culture qui peuvent fragiliser la structure. C’est en fixant les responsabilités de chacun et en créant un espace de parole que l’on peut limiter les dégâts et permettre aux deux parties en présence de former une « vraie équipe ».

 

Prise de poste bâclée

 

Le succès d’une reprise dépend de l’intégration du repreneur. Il est essentiel d’aller à la rencontre des gens, d’identifier les forces de chacun, de découvrir la culture d’entreprise et d’en respecter les éléments fondateurs.

 

Manque de vision

 

Un manque de vision qui mobilise l’ensemble des acteurs. Les salariés ont besoin de savoir où ils vont, de connaître l’ambition affichée par la société, les valeurs et les principes de management.

 

Notre métier est de réduire le taux d’échecs de vos transmissions.

Afin d'éviter ces problématiques, HumanCap vous offre une heure de consultation. Prenez contact avec nos experts via ce lien.